La nouvelle ministre du travail confirme la priorité donnée à l’apprentissage

Myriam El Khomeri en visite au CFA de l’Institut national de la boulangerie et de la pâtisserie (INPB) à Rouen vendredi 11 septembre

Myriam El Khomri (qui a remplacé François Rebsamen au poste de Ministre du travail depuis le 2 septembre), a réalisé vendredi 11 septembre son premier déplacement en province. En visite au CFA de l’Institut national de la boulangerie et de la pâtisserie (INPB) à Rouen, elle a rappelé l’engagement du gouvernement dans le développement de l’apprentissage.

 

« Lever les blocages de l’apprentissage »

Le passage de Myriam El Khomri au sein du Centre de formation de l’Institut national de la boulangerie et de la pâtisserie, a été l’occasion pour elle de s’inscrire dans le prolongement du travail effectué par son prédécesseur.

Elle est revenue sur la nécessité de valoriser d’avantage les métiers manuels, et sur le rôle important que joue l’apprentissage dans la lutte contre le chômage des jeunes.

Cette priorité donnée à l’apprentissage se manifeste par la volonté de la ministre d’encourager son développement, en insistant sur la nécessité de « lever les blocages entre les centres de formation, les entreprises et les jeunes ».

Pour y parvenir, plusieurs pistes. En particulier l’augmentation des crédits alloués aux CFA pour la formation professionnelle, ou la levée de certaines interdictions pour les mineurs en formation pratique.

Mise en place d’une plateforme numérique début 2016

La ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, a également confirmé la mise en œuvre du plan préparé par François Rebsamen.

Il prévoit notamment la mise en place, début 2016, d’une plateforme numérique permettant de mettre en ligne des offres d’emploi. Elle devrait permettre de faciliter les recherches pour les jeunes intéressés par l’apprentissage et pour les entreprises qui désirent recruter des apprentis.

Ces quelques mesures, qui vont venir s’ajouter à celles prises dans les mois précédents (comme l’aide TPE jeunes apprentis), semblent malgré tout loin d’être suffisantes pour atteindre l’objectif de 500.000 apprentis en 2017 fixé par François Hollande. Les premiers chiffres enregistrés cette année semble en effet indiquer que la baisse du nombre d’apprentis constatée en 2013 et 2014 va se poursuivre.