François Fillon veut faire de l’apprentissage une « voie royale d’accès à l’emploi »

françois fillon

De passage à France Inter, l’ancien ministre François Fillon a souligné son désir de mettre en avant l’alternance, formation « royale » où ce n’est plus le diplôme mais la compétence qui sera mis en valeur.

François Fillon a confirmé sur France Inter la dynamique française actuelle, tournée vers le développement de l’alternance, soit l’apprentissage ou le contrat de professionnalisation. L’ancien ministre veut mettre fin au « Culte du diplôme », et valoriser les compétences des jeunes. Pour cela, l’alternance constitue la formation idéale, en permettant au jeune d’alterner entre le travail en entreprise et les études en organisme de formation.

 

L’alternance : une solution anti-chômage

L’alternance représente pour l’ancien premier ministre une solution anti-chômage, comme nous le prouvent nos voisins européens. En Allemagne, 17% des jeunes sont en alternance, contre 7% en France. Mieux, en Suisse, deux tiers des étudiants de plus de 15 ans choisissent cette formation, et 95% de ces jeunes trouvent du travail à l’issue de leur formation.

 

Un financement recentré, et des incitations pour les entreprises.

Pour financer le développement de l’alternance, François Fillon a également annoncé qu’il souhaitait supprimer les « contrats aidés » pour les jeunes, mis en place par le gouvernement de François Hollande, afin de recentrer le budget sur l’alternance. Et comme l’alternance doit également être adoptée par les entreprises, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy prévoit « une exonération totale des charges patronales pour toutes les entreprises qui accueillent des jeunes en alternance ».

Le discours de l’homme politique de droite entre en continuité avec la dynamique politique actuelle, qui vise, malgré des divergences sur les stratégies employées, à développer l’alternance en France pour en faire une « formation d’excellence », une « voie royale d’accès à l’emploi ». Pour rappel, François Hollande avait déjà partagé quelques semaines plus tôt sa volonté de redorer le blason de l’alternance, et en faire une solution contre le chômage des jeunes.

Source photo : Fondapol